• Le consumérisme : Un impact considérable

    Un article d'Alain LEDAIN

    Retour à la deuxième partie : Le consumérisme utilise un vecteur : La publicité

    Nous l’avons déjà souligné : tentant de s’imposer à tous et en tous lieux par la publicité, le consumérisme agit comme un totalitarisme : il s’immisce dans la sphère intime de nos pensées, influence notre style de vie, transforme nos rapports à Dieu, aux autres, à nous-mêmes et au temps.

    Il détient un pouvoir de conformation globale. Il fonctionne comme l'un de ces principautés et pouvoirs au sujet desquels l'apôtre Paul écrit : des structures qui cherchent à devenir absolues et qui s’arrogent la toute-puissance.

    Éphésiens 6 : 12 : « Car nous n'avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes. »

    Colossiens 2 : 15 : « Il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d'elles par la croix. »

    Oui, « le consumérisme est, aujourd’hui, l’ennemi direct de l’Evangile, celui contre lequel les chrétiens doivent mobiliser toute leur foi et toute leur action. Il est une idolâtrie majeure… »

    Oui, l’attachement aux biens de consommation fonctionne comme une idole de notre temps, avec ses temples (les hypermarchés), ses cultes (qui célèbrent les objets), ses prêtres.

    « Il y avait les pyramides, les pagodes, les cathédrales ; aujourd'hui, il y a les centres commerciaux, temples climatisés de la consommation qui abritent une nouvelle idole : la marchandise. » (Source : http://teleobs.nouvelobs.com/)

    Comment ne pas citer ce verset de la première épître de Jean : « Petits enfants, gardez-vous des idoles. » (1 Jean 5 : 16b)

    Quelles sont les conséquences du consumérisme ?

    Elles sont nombreuses. Par exemple, il est terriblement banal de parler de nos gaspillages et  de son impact sur l’environnement.

    Ajoutons que le vide creusé par le consumérisme dresse de multiples dangers. Citons le fondamentalisme religieux et le repli communautaire qui sont des réactions à la destruction des communautés par l’hyper-individualisme et à un monde qui s’uniformise.

    Chroniques du dimanche 2009-2010L’« occidentalisation » par le consumérisme engendre beaucoup de haine. Voici les propos d’un homme, réputé pour son inimitié envers l’ « occident » : « La véritable cause des atteintes à l’environnement est celle du modèle consumériste… » a-t-il déclaré au sommet de Copenhague. « Vouloir produire pour consommer plus et consommer pour produire plus a engendré un interminable et destructeur cercle vicieux » a-t-il ajouté, en dénonçant le  « matérialisme » de l’Occident uniquement préoccupé de profit, et l’accaparement des ressources naturelles par un Nord « dominateur » et « mu par l’avidité ». Quel est cet homme au propos qui ne manque ni de force, ni de pertinence ?... Le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad ! (Source : http://fr.novopress.info/44829/ecologie-mahmoud-ahmadinejad-fustige-materialisme-et-consumerisme/)

    Peut-être trouverez-vous regrettable que je cite un tel homme mais ce qui me semble encore plus choquant, c’est le style occidental vécu en partie au détriment des pays du sud. Souvenez-vous de Li Chunmei.

    On estime que près de 50% de la population mondiale vit avec moins de 2 $US par jour et que, de ceux-ci, 1,2 milliards vivent avec 1 $US par jour. A ces chiffres s’ajoute une triste réalité : l’humiliation des pauvres. Sur la quatrième de couverture de son livre « Le syndrome du Titanic 2 », Nicolas Hulot écrit : « Les cyniques hausseront les épaules : « Pas de chance. La justice n'est pas de ce monde. » Ce serait méconnaître une dimension fondamentale de nos sociétés mondialisées, à savoir qu'internet et la télévision par satellite étalent notre richesse et nos gaspillages insensés sous les yeux des pauvres et des laissés-pour-compte du monde entier. À l'inégalité s'ajoute à présent la frustration, qui mène à l'humiliation, mère de toutes les violences… À nous d'inventer un nouvel art de vivre ensemble, fondé sur la frugalité  et le partage… »

    Mahmoud Ahmadinejad et maintenant Nicolas Hulot ! Et qui encore ? Ma prière est de voir se lever du milieu de nous des « Amos » qui dénoncent les injustices, des prophètes qui sauront et pourront se faire entendre du plus grand nombre mais surtout, des hommes et des femmes qui « inventeront un nouvel art de vivre ensemble fondé sur la frugalité et le partage », qui rebâtiront sur des ruines, qui supprimeront le joug de l’oppression, qui pratiqueront la justice et marcheront humblement avec leur Dieu (selon Esaïe 58 et Michée 6 : 8).

    Dépassons nos culpabilités. Nous sommes devant l’impérieuse nécessité de trouver des solutions, de devenir le sel de la terre. Je vous donnerai quelques pistes…

    Puisque nous venons de citer Nicolas HULOT, il me semble nécessaire d’ouvrir une parenthèse sur l’écologie...

    Chroniques du dimanche 2009-2010 Chrétiens, Bible et écologie

    Partager via Gmail

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 25 Avril 2012 à 18:49

    Formidable article, merci beaucoup à l'auteur

    Suivre le flux RSS des commentaires de cet article


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :