• Un article d'Eric LEMAITRE

    Ce texte au format PDF - Cliquez ici

    Invitée à la Faculté de théologie réformée d’Aix-en-Provence Georgina DUFOIX fit cette déclaration   « je veux attirer votre attention sur le fait que l’intolérance politique est parfois plus cruelle que l’intolérance spirituelle, dont pourtant on a tellement parlé. Rabaut Saint-Etienne est mort pour avoir refusé de voter la mort du roi. Il a été réhabilité par la suite… Il est important de voir combien l’intolérance politique peut être cruelle et radicale ». Cette citation de Georgina Dufoix s’est alors imposée à l’aune de ce changement de paradigme traversant la société, changement radical des conceptions autour de l’homme dont les incidences peuvent peser demain sur notre libre arbitre comme homme, comme citoyen habité par des convictions philosophiques ou simplement spirituelles.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    4 commentaires
  • Cet article constitue une suite de celui titré "Débat autour du mariage homo – Lettre à une amie"

    Un article des Veilleurs des Ardennes

    Chère amie,

    Je reviens à la charge !

    Je lis le lien que tu m'as donné. Toutes ces études sont intéressantes ; les statistiques semblent de façon un peu magique, faire autorité : à des statistiques, on peut toutefois les interpréter dans un sens ou bien, en fonction du présupposé initial de celui qui argumente, sur la base des mêmes statistiques, vouloir montrer l'inverse...

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Un article des Veilleurs des Ardennes

    Chère amie,

    J’ai vraiment eu du mal à trouver du temps pour répondre sur le fond au mail que tu m’as envoyé en avril. J’essaie de le faire maintenant.

    Je reviens sur le mail d’avril et sur le débat autour du mariage homo, ses présupposés, ses conséquences. Même si la loi  a été votée, promulguée, son contexte et l’action gouvernementale qui s’ensuit restent pour moi problématiques et toujours d’actualité.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    6 commentaires

  • Un article écrit par Alain LEDAIN
    (Ci-contre, la tour de Babel vue par Pieter Bruegel l'Ancien au xvie siècle.)

    Le texte au format PDF

    Lors de mon intervention sur le thème du « combat du chrétien dans la cité des hommes », j’ai ressenti un décrochage de mon auditoire alors que je faisais référence à la chute de Babylone. Il est vrai que le dernier livre de la Bible reste assez méconnu. Il me fallait donc y revenir, y donner goût et me pencher plus particulièrement sur Babylone.

    Est inévitablement venue la question de sa construction aujourd’hui. Comment la repérer, ne pas y prendre part et en sortir. C’est l’objet de la dernière partie de cette étude fort modeste.

    ***

    Les combats que nous menons ont une dimension spirituelle : c'est ce que nous dévoile l'apôtre Jean dans l’Apocalypse. Deux cités s’opposent : la cité de Dieu qui manifeste le Christ et Babylone, la ville portée par la Bête (le Diable) et dont elle est le rêve… (Ap 17 : 3)

    Cette dernière, la Bible la décrit à la fois dans le livre de la Genèse et dans celui de la Révélation. « Babel » (en hébreu) et Babylone (en grec) désignent la même ville.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    4 commentaires
  • Un article d'Hélène TERROM

    La thématique de ce texte nous invite à réfléchir sur l’évolution de notre société confrontée à une offre scientifique de plus en plus avancée qui n’est pas sans conséquence sur notre l’humanité.

    La technique scientifique permet aujourd’hui à l’homme de se vivre philosophiquement à l’égal de Dieu. En donnant à des couples stériles des enfants, en éliminant ceux qui dérangent, ou en se débarrassant des plus faibles par le diagnostic prénatal, l’homme passe d’un état de procréateur à un état de créateur. Philosophiquement il acquière un pouvoir tout puissant sur la vie humaine, mais obère ainsi son humanité et sa capacité à vivre en société. 

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  • Jacques Ellul aux Veilleurs - Du rôle de la technique dans l'absurdité actuelle [0]

    Un texte écrit par Jérôme Sainton avec la participation de Jean-Philippe Qadri

    Le texte au format PDF

    Introduction

    Le sophisme sur lequel repose l'oxymore du « mariage asexué » a l'intérêt de révéler un point essentiel de notre civilisation. Le sophisme est le suivant : on énonce que le mariage ne reposerait que sur une *construction* (« culturelle ») au motif qu'il a été institutionnalisé différemment selon les civilisations. Sous prétexte donc qu'un *donné* (de « nature ») aurait été assumé différemment selon les cultures, ce donné serait non signifiant en lui-même. Et ça prend. Et c'est ainsi qu'aujourd'hui on peut nous proposer (nous imposer), non pas d'intégrer ce donné (la sexuation, la génération) de façon différente et nouvelle, mais, et c'est très différent, de ne pas l'intégrer — et d'être dans le fantasme. Ne pas intégrer le réel, voilà ce que nous observons à travers cette évolution, c'est-à-dire à quel point notre civilisation se caractérise par sa déconnexion du réel. [0A]

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  • Un article écrit par Eric LEMAITRE

    Préambule :

    Avec Alain LEDAIN, nous nous sommes rendus aux premières assises de l’écologie Humaine et avons été saisis par la qualité des propos et des interventions d’hommes et de femmes décidés à redonner du sens en regard d’un monde gagné par de nouvelles doctrines humanistes, d’idéologies annonciatrices de changements profonds et qui ne seront pas sans conséquence sur les rapports et les relations aux autres, l’écologie humaine.

    Le propos de l’écologie selon ses initiateurs que je cite « est de renouveler la signification et la forme des activités humaines, en interrogeant leur contribution au bien de tout l’homme et de tous les hommes.
    Nous faisons le constat qu’aujourd’hui le sens de nombreuses activités nous échappe. Ce ne sont pas nécessairement ces activités qui posent problème mais plutôt le fait qu’elles sont brutalement ou insidieusement surdéterminées par des objectifs  incompatibles avec la préservation et la transmission d’une humanité authentique. »

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Un article écrit par Alain LEDAIN

    Cet article fait suite au précédent de titre : Un homme nouveau

    Jésus, l'homme parfait vs le « nouvel homme » promu aujourd’hui

    Certaines élites intellectuelles promeuvent un homme radicalement neuf, un homme sans héritage, car en rupture avec l’Histoire dont il a honte, et sans appartenance – apatride, asexué.

    Le Christ ouvre une autre perspective face à la honte éprouvée par l’homme.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  • L’homme du XXIème siècle est un homme fatigué… fatigué de lui-même, fatigué de l’Histoire, fatigué de son Histoire : celle du siècle précédent notamment, avec les guerres les plus meurtrières que l’humanité n’a jamais connue auparavant, ses camps de concentration, ses camps du goulag, ses génocides, et ses totalitarismes (le nazisme et le communisme entre autres). Celle aussi de la colonisation, de l’esclavage, des servitudes et des dominations de toutes sortes.

    L’homme du XXIème siècle a honte de lui ; plus rien ne le surprend sur la nature humaine. Il éprouve des remords, une tristesse mortifère : L’homme se hait tel qu’il est à cause de ses fautes et souhaite se régénérer, devenir son propre créateur.

    D’où le constructivisme.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Un article écrit par Alain LEDAIN

    Le texte au format PDF

    « Le monde est plein d'idées chrétiennes devenues folles. » G. K. Chesterton
    « Les idées sont comme les jolies filles : elles peuvent aussi mal tourner. » Georges Bernanos

    Introduction

    L’homme du XXIème siècle est un homme fatigué… fatigué de lui-même, fatigué de l’Histoire, fatigué de son Histoire : celle du siècle précédent notamment, avec les guerres les plus meurtrières que l’humanité n’a jamais connue auparavant, ses camps de concentration, ses camps du goulag[1], ses génocides[2], et ses totalitarismes idéologiques (le nazisme et le communisme entre autres). Celle aussi de la colonisation, de l’esclavage, des servitudes et des dominations de toutes sortes.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire