• Violence et religion

    Un texte de Cédric l'Auxerrois

    A travers l'odieux attentat contre Charlie Hebdo, c'est encore une fois la liberté de pensée et d'expression que l'on attaque, alors qu'elle constitue un droit fondamental de l'homme, de tout homme. Mais au-delà de cette tragédie, qui nous laisse "sans voix", il faut aussi se demander ce qui peut pousser des fondamentalistes fanatiques à commettre des actes aussi barbares.

    J'ai tendance à penser que le recours à la violence commise (et j'aurai aimé que tous ceux qui ont "suivi Charlie", et à juste titre, manifestent également une solidarité semblable à l'égard des chrétiens massacrés dans les pays d'orient par des fondamentalistes musulmans) est la réponse (inacceptable) à une violence subie, elle est une contre-violence certes irrationnelle et inqualifiable, mais qui doit, si nous voulons éviter l'escalade de la violence dans la société, nous amener à réfléchir sur ce qui a pu générer une telle réaction à l'égard des journalistes de Charlie Hebdo.

    Tout d'abord, je tiens à rendre hommage à leur courage : ils se savaient menacés, ils ont continué à faire usage de leur liberté de pensée et d'expression, au risque du martyr. Leur mémoire doit être honorée à ce titre. Mais une chose est de louer leur courage, autre chose de justifier leurs écrits : personnellement, j'ai toujours trouvé leur caricatures de la religion grossières, et elles ne m'ont jamais fait rire.

    L'obscurantisme antireligieux

    Elles participent surtout de cette inculture religieuse galopante qu'elles contribuent à entretenir auprès des lecteurs de « Charlie-Hebdo », et si l'on manque un peu d'humour pour prendre suffisamment de distance, certains croyants peuvent même se sentir profondément blessés par ce qu'ils vivent comme une véritable agression (ce qui est le cas pour les musulmans qui n'admettent pas que l'on touche au « prophète »).

    La question est de savoir comment gérer cette « violence » que génère la société actuelle vis-à-vis des religions quand on ne reconnaît plus (ce qui est malheureusement le cas aujourd'hui) l'apport fondamental des religions à la culture, et que l'obscurantisme antireligieux, bien qu'il prenne des formes heureusement plus douces, n'a finalement rien à envier à l'obscurantisme religieux que sa propre ignorance du « fait religieux » ne fait en réalité qu'exacerber.

    Certains objecteront, certes, que la religion semble avoir partie liée avec la violence, prenant appui sur certains versets isolés des textes sacrés. Et il est vrai qu'ils n'ont pas totalement tort, car la dimension sacrificielle est bien au cœur de toute religion. René Girard a d'ailleurs montré, dans La violence et le sacré, que les sociétés modernes ont trouvé le moyen de traiter la violence en punissant le vrai coupable là où les sociétés qui sont encore sous l’emprise de la religion font souvent appel à un « bouc émissaire », c’est-à-dire à une victime innocente que l’on sacrifie pour purifier la société de ses maux, l’harmonie de la société ne pouvant se rétablir qu'en déchargeant sa colère vengeresse sur ce « bouc émissaire ».

    L’exception chrétienne

    Le christianisme constitue, de ce point de vue, une exception, il faut bien le reconnaître, puisque dans cette religion, c'est Dieu lui-même qui, en offrant sa vie en sacrifice expiatoire pour le pardon des péchés, va catalyser sur sa personne la violence sociale : celle-ci, en se déchaînant sur cette « victime innocente » va néanmoins permettre de réconcilier définitivement les hommes avec Dieu, moyennant la foi dans la valeur rédemptrice de ce sacrifice puisque rachetés par le sang précieux du Christ versé pour le pardon des péchés, ils pourront, moyennant la foi, s'approprier la justice que le Christ leur aura acquise sur la Croix et seront désormais vus « en Christ » (graciés) et non « en Adam » (reconnus coupables). C'est ce qu'on appelle la « théorie de la substitution pénale » : par son sacrifice, une victime innocente se substitue aux pécheurs coupables pour satisfaire à la justice divine, qui exige le châtiment des coupables (les hommes, en tant qu'ils ne cessent de transgresser la loi divine). Ce qu'on oublie de dire, c'est qu'en accomplissant « une fois pour toutes » le « sacrifice parfait », le Christ a mis définitivement fin à la dimension sacrificielle des religions : ayant réalisé l'offrande parfaite pour le pardon des péchés, on ne peut plus désormais que commémorer ce sacrifice, plus personne ne pourra désormais se réclamer de Dieu ou de la religion pour commettre des actes de violence ou des actes sacrificiels sans renier et trahir du même coup la parfaite suffisance du sacrifice accompli par le Christ sur la croix.

    Toutes les religions ne se valent pas

    Voilà pourquoi le christianisme ne prêche pas la violence ni la vengeance, mais à la « loi du talion », il oppose l'amour de ses ennemis, et à la place de la vengeance, il ouvre la porte à la miséricorde et au pardon pour l'homme qui se repent de ses péchés et croit au sacrifice du Christ pour l'expiation de ses péchés. En mettant un terme au cycle sans fin de la vengeance et de ses représailles, le christianisme a donc aboli la violence puisqu'il la désarme à sa racine même.

    Force est de reconnaître que, de ce point de vue, toutes les religions ne se valent pas, et que la culture du relativisme propre à notre démocratie actuelle tend à nous cacher cette évidence : une religion qui appelle à la vengeance ne vaut pas une religion qui place l'amour et le pardon au cœur de son message, quand bien même ce message aurait été trahi, au cours des siècles, par ceux qui s'en sont pourtant (à tort) réclamés.

    Une laïcité complice

    Mais la société française à tout intérêt à faire elle-même son autocritique, en se demandant si elle n'a pas une responsabilité dans la violence qui sévit aujourd'hui en son sein. Car nul ne peut contester que la société française véhicule aujourd'hui, à l'égard des religions, une « culture du mépris » (quand ce n'est pas de l'ignorance pure et simple) qui ne peut qu'engendrer, à terme, une escalade de violence, et les journalistes de Charlie Hebdo ont largement été complices, il faut bien le reconnaître, de cette « culture du mépris » à laquelle ils ont largement contribué.

    La laïcité française aurait donc tout intérêt à tirer les leçons de cet épisode sanglant, et à se demander si elle laisse une place suffisante aux religions et à la liberté d'expression religieuse, afin de ne pas attiser, justement, la violence que ce « mépris » ne peut manquer de susciter chez des croyants qui ne parviennent pas à vivre pleinement le « message évangélique ». Comment se manifeste cette « culture du mépris » des religions ?

    Comment se manifeste cette « culture du mépris » des religions ?

    Outre le caractère de plus en plus agressif de la laïcité vis-à-vis des religions, qui sont souvent caricaturés, comme on l'a vu plus haut, y compris dans des lieux (comme celui de l'école) qui devraient plutôt faire ressortir leur apport (considérable en ce qui concerne le judéo-christianisme) à la culture, le mercantilisme de la société de consommation qui est la nôtre, en évacuant toute dimension de transcendance, ne peut que faire violence à l'humanité de l'homme, dont la nature spirituelle est de plus en plus méconnue ou ignorée.

    Or quand le croyant ne peut plus faire entendre sa voix dans l'espace public, quand celui-ci n'est plus que l'expression monocorde d'un conformisme idéologique « convenu », il ne faut pas s'étonner, même si on doit bien sûr le déplorer, que la violence soit alors parfois l'ultime « moyen d'expression » qui reste.

    Le débat et le dialogue ont toujours été les moyens de conjurer la violence, en substituant le "choc" et la "heurts des idées" à la seule "nudité" de la violence physique. La démocratie, il faut le rappeler, se nourrit de ces heurts et de ces contradictions, car ce sont les régimes non-démocratiques qui refusent ces tensions au profit d'une pensée unique et monolithique. Quand ce débat n'existe plus dans l'espace public, parce qu'il n'y a plus de contradicteurs, ou qu'on ne laisse plus vraiment de "place" à la contradiction, les conditions d'un authentique débat pacifique ne sont alors plus réunies, et seule reste alors pour ceux qui ne partagent pas cette vision de la société qui a évacué toute la dimension spirituelle de son horizon, l'expression de la violence à l'état brut, dans son « fanatisme meurtrier ».

    Laïcité ou liberté

    Pour mettre fin à cette violence, il faut refuser que l'espace public soit monopolisé par une tendance à imposer une vision du monde "unique" (que ce soit celle de l'idéologie mercantile libérale ou celle que les partisans de l'Islam voudrait lui opposer) et restaurer la nécessaire pluralité que la démocratie doit théoriquement garantir.

    Restaurer une liberté d'expression et de pensée pour tous, que l'on soit croyant, agnostique ou athée, dans le respect des convictions propres à chacun, tel serait le seul moyen d'exorciser la violence que génère une vision « monolithique » du monde pour ceux qui n'en partagent pas les valeurs.

    Condamner ouvertement le "fondamentalisme religieux" sans remettre en cause ce qui peut générer la violence et le fondamentalisme extrémiste ne fera malheureusement pas avancer les choses d'un pouce. Si la société française ne remet pas en cause sa propre violence idéologique, il est à craindre qu'elle ne puisse trouver de remède à cette violence fondamentaliste terrible qu'elle a subi, dans l'histoire de « Charlie-Hebdo », par « contre choc », et d'une manière particulièrement barbare, il faut bien le reconnaître.

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Ladypagaga
    Samedi 10 Janvier 2015 à 01:13

    Merci pour vos propos qui nous rappelent certains fondamentaux que la pensée (et non la réflexion) de nos contemporains semble avoir oubliés.

    Vous nous proposez de "réfléchir à ce qui a pu générer une telle réaction à l'égard de Charlie Hebdo". La liberté d'expression dont ils se drapaient/ drapent aisni que ceux qui la défendent. omettent de réfléchir et de se poser la question de savoir si l'on peut rire de tout? Laissez moi/  laissez-nous le droit de penser que NON. Le sacré qu'il se nomme Yahvé, Dieu, Mohammed, Vishnou...existe pour certains d'entre nous. Nous sommes nombreux dans ce cas. Il est une croyance pour tous les "Charlies". Je leur laisse la liberté de le penser mais eje ne leur permets pas de se "moquer". La liberté de l'autre s'arrête là où la mienne s'arrête là où lamienne commence et vice versa.

    Se moquer de mes/ nos croyances, c'est se moquer de ma personne, de mes parents, de ma famille, de mon peuple, de ma culture. Plus la personne est en état "d'infériorité" familiale, psychique, culturelle comme c'est le cas pour les 2 meurtriers, plus la souffrance est grande, plus le désespoir existe incapable de s'exprimer par des "mots" mais par des "maux".

    Laissez- moi/ laissez-nous croire à une puissance supérieure qui nous crée tous Frères et Sours en humanité. Laissez-moi/ laissez-nous parfois même de se retrouver en état d'en douter.

    Laissez-moi/ laissez-nous affirmer qu'il existe des sujes qui restent INTOUCHABLES: ceux qui relèvent de plus haut comme le Spirituel. Egalement ceux qui relèvent du plus bas tels la maltraitance des enfants, la pédophilie, le viol, le racisme,

    Oui, il serait temps d'arrêter de se moquer de tout au nom de la liberté d'expression qui n'est pas que la liberté de s'exprimer en se référant à l'instinct plutôt qu'à la réflexion.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    petycal
    Samedi 10 Janvier 2015 à 16:27

    L'émotion causée par ce drame, ne peut que nous faire regretter ces morts absurdes, inutiles, provoquées par une très grande inculture. Inculture religieuse, du côté des fanatiques religieux comme inculture religieuse de ceux qui veulent ignorer  la place du fait religieux dans la vie de milliards d êtres humains.

    Merci pour cet article qui cherche à nous amener à réfléchir , et à dépasser le stade des émotions pour entrer dans celui de la réflexion.

     

    3
    MAT
    Dimanche 11 Janvier 2015 à 11:47
    Je suis tout à fait d'accord avec ce commentaire. Se moquer, jusqu'où ? N'y a -t-il plus rien de sacré dans ce pays infantile !! Charlie Hebdo avait une bombe dans la main, ils ont eux-mêmes allumé la mèche, mais les dégâts dépassent leur personne !!! Quand on sait que l'on va déclencher une vraie guerre, on évite d'être celui qui tire le premier ! je ne suis pas Charlie, respectons-nous les uns les autres !!! Les assassins qui ont perpétré cette tuerie ne sont plus des êtres normaux, ils ont eu un cerveau complétement lavé, c'est ce que n'ont pas considéré les Charlie. Soyons prudent, rle respect devrait être le garant de la liberté ! MAT
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :