• Relativisme et vérité

    Relativisme et vérité

    Présentation de l'article par Henrik LINDELL :

    Source :  http://www.dieu-et-moi.com/thematiques/spiritualite/partages-bibliques/384-pourquoi-il-faut-refuser-le-relativisme-esaie-520.html 

    « Dictature du relativisme. » Grâce au pape Benoît XVI, l'expression est devenue courante. L'enseignant évangélique Alain Ledain explique ici les raisons chrétiennes de s'opposer au relativisme.
    Notre ami Alain Ledain nous a proposé cet enseignement sur le relativisme.

    Evangélique, membre d'une Eglise charismatique de Montreuil (93), Alain Ledain a le courage de lire et de s'inspirer de sources chrétiennes loin de sa propre culture ecclésiale. Ainsi l'enseignement social de l'Eglise catholique. Ainsi donc ... le pape Benoît XVI.
    C'est en parlant de l'Occident que le chef de l'Eglise catholique utilise - et popularise ainsi - l'expression «dictature du relativisme ». Il développe ce thème dans un des chapitres dans son livre-entretien publié en français le 27 novembre (et que nous vous recommandons). Pour un chrétien, l'enjeu est énorme : « le concept de vérité est désormais un objet de soupçon », comme le résume le pape (page 75 dans Lumière du monde, Bayard).
    De fait, tous les chrétiens sont directement concernés par ce débat. Car si notre Seigneur est une vérité relative, si « toutes les religions se valent », si tout se vaut finalement, le monde va sombrer dans le nihilisme et le chaos. Alain Ledain explique ce risque en se fondant sur la Bible. Il explique aussi les liens entre le relativisme antichrétien et le consumérisme matérialiste. Comprendre ces problèmes et résister contre la confusion mentale qui règne dans notre société au sujet de Dieu relève, à notre avis, d'un combat spirituel. Certaines valeurs sont objectives. Certaines vérités spirituelles sont absolument vraies.

    Sources principales :

     Article de Norbert Valley : http://www.lafree.ch/details.php/fr/actualite.html?idelement=1245

     Leçon 197 du site « Philosophie et spiritualité » sur le relativisme
    (http://sergecar.perso.neuf.fr/cours/verite3.htm)

     Un article de David Valdez paru sur le site http://www.lausanne.org/

    Textes bibliques introductifs :

    Lettres aux Ephésiens, chap.4 : « 11 Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, 12 pour le perfectionnement des saints en vue de l'œuvre du ministère et de l'édification du corps de Christ, 13 jusqu'à ce que nous soyons tous parvenus à l'unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l'état d'homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ, 14 afin que nous ne soyons plus des enfants, flottants et emportés à tout vent de doctrine, par la tromperie des hommes, par leur ruse dans les moyens de séduction, 15 mais que, professant la vérité dans la charité, nous croissions à tous égards en celui qui est le chef, Christ. »

    Livre du prophète Esaïe : « 20 Malheur à ceux qui appellent le mal bien, et le bien mal, Qui changent les ténèbres en lumière, et la lumière en ténèbres, Qui changent l'amertume en douceur, et la douceur en amertume ! 21 Malheur à ceux qui sont sages à leurs yeux, Et qui se croient intelligents ! »

    Evangile selon Jean, Chap. 14 : « 6 Jésus lui dit : Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. »

    Pourquoi ce thème ?

    En juillet 1974, à l’initiative de l’évangéliste Billy Graham, le congrès international pour l'évangélisation mondiale (CIPEM) s'est tenu en Suisse, à Lausanne avec une participation de plus de 4000 chrétiens venus du monde entier. Ainsi naissait le « mouvement de Lausanne ». Suite à ce premier congrès, un des documents les plus importants de l'histoire récente de l'Église était rédigé : « La déclaration de Lausanne ». Je vous en recommande la lecture .

    Ce congrès a été l’occasion d’une prise de conscience nouvelle du nombre des groupes de personnes non atteints par l’Evangile et la redécouverte de la nature holistique de l’Évangile biblique et de la mission chrétienne.

    En juillet 1989, à Manille cette fois, le mouvement de Lausanne rassemblait plus de 3000 participants d'environ 170 pays. Suite à ce deuxième congrès appelé « Lausanne II », le « Manifeste de Manille » fut écrit .

    « Lausanne II » a donné naissance à plus de 300 partenariats stratégiques dans l’évangélisation mondiale.

    Plus récemment, le 25 octobre 2010, le congrès « Lausanne III » sur l’évangélisation mondiale  s’achevait au Cap en Afrique du Sud.

    Dans la ligne de la déclaration de Lausanne, est paru un nouveau document : « Le cap d’engagement ». Il est tout à la fois une déclaration de foi et un appel à l’action dans l’Eglise et dans le monde. Il est en ligne à l’adresse : http://www.lausanne.org/fr/tous-les-documents/engagement-du-cap.html 

    Le début du congrès Lausanne III a été consacré à une réflexion sur la vérité et un mode de pensée qui devient une véritable religion : le relativisme.

    Fait remarquable : parallèlement, le pape Benoît XVI dénonçait la « dictature du relativisme » le 19 novembre 2010. Il l’avait déjà dénoncé en novembre 2005.

    « Connaître et proclamer la vérité... et rejeter toute espèce de relativisme » est un thème phare qui va s'imposer à nos Eglises avec vigueur.

    Mais qu’appelle-t-on relativisme au juste ?

    Le relativisme soutient la proposition suivante : « Une vérité n'est pas vérité en elle-même, dans l'absolu, mais seulement du point de vue relatif de la personne qui l'énonce ou qui y croit. »

     Ainsi, toutes les opinions se valent, car elles s'expliquent toutes par le point de vue d'une personne. En conséquence, les  opinions, les idées n’ont pas de valeur en soi, mais sont seulement relatifs à l’environnement (à la période historique, à la culture), aux goûts ou aux dégoûts, aux humeurs personnelles, etc.[1]

    Pour le relativiste, toutes les vérités sont complètement relatives et provisoires car le relativisme nie l’existence d’une vérité objective ; il se laisse « flotter et emporter à tout vent de doctrine » (Eph. 4, 14), par tous les courants idéologiques.  Pour lui, la vérité n’est qu’une affaire de croyances.

    Il s’exprime dans des phrases du type :

    • « Tout se vaut. »

    • « Les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas. » Oui mais faut-il étendre cette maxime aux pensées ?

    • « Toutes les religions se valent. » Cependant, il arrive souvent que ceux qui énoncent de telles affirmations ne connaissent ni les religions, ni ce qui les distingue.

    • « Si ta foi te fait du bien alors c’est très bien pour toi. » Remarquez le peu de souci de la vérité. L’objet de la foi est ramené au bien-être qu’on en tire. Et Dieu dans tout ça ?...

    Le relativisme croit que nous pouvons choisir nous-mêmes notre propre vérité, sous le faux prétexte que la vérité comme un absolu est trop confinée, qu’elle enferme, qu’elle emprisonne et qu’elle est donc à rejeter.

    Transposé au domaine de la foi chrétienne, il mène à des opinions, à des doctrines confuses et floues et à la « petite voix intérieure personnelle » sans cohérence avec le contenu intégral de la Bible. Dit autrement, il mène à la confusion mentale et spirituelle. Parfois aussi, à la secte, par la préférence de certains versets à d’autres.

    Le relativisme s’inscrit parfaitement dans le consumérisme.

    On choisit sa vérité comme on choisit un produit sur une gondole de magasin : « je prends ce qui me plaît et je vais d’une boutique à l’autre ».

    Les pensées deviennent des articles d’hypermarché. Je prends ce que je veux sur l’étalage ; c’est au choix et « A chacun ses goûts ! », « A chacun ses opinions ! »

    Une telle attitude ne demande ni réflexion, ni discernement. N’oubliez jamais qu’un consommateur ne pense pas,  il dépense, il est manipulé dans ses choix.

    L’individu formaté par le consumérisme se laisse porter par « le flux mouvant et bigarré de l’opinion »[2]. Il ne pense pas par lui-même : il recourt au prêt-à-penser ambiant devenant ainsi conformiste.

    Il est évident que « le relativisme postmoderne est en fait porté par une complète indifférence à l’égard de la question de la vérité. »[3] car il procède du culte de l’égo : S’il n’y a que « moi » qui m’intéresse, je ne peux évidemment pas m’intéresser à la vérité qui est toujours au-delà de « mes opinions ». L’ultime mesure est mon égo et mes désirs.

    La "dictature" du relativisme

    Le relativisme prétend être une attitude ouverte et tolérante mais :

    • Il ne supporte pas une foi claire qu’il définit comme du fondamentalisme. Toute affirmation, toute conviction, toute foi est une« intolérance » : La tolérance, c’est le relativisme absolu ![4] Or, le « relatif absolu » est un oxymore. Il est donc intellectuellement insoutenable.

      A bien y regarder, la tolérance souhaitée est l'adhésion à la pensée dominante. Bienheureusement, des hommes se sont opposés aux idéologies destructrices appréciées par la majorité, tel Dietrich Bonhoeffer face au nazisme.

      La véritable tolérance amène à penser : « Vous avez tort mais je vous respecte » et non « si vous me contredites quand je dis que toutes les opinions se valent, vous êtes un dangereux intolérant, à combattre par tous les moyens … Si vous n’êtes pas d’accord, taisez-vous ! »

    • Le relativisme s’impose comme une norme absolue, comme la plus dogmatique de toutes les idéologies. Il n’attend comme unique attitude que celle qui consiste à « suivre sa volonté propre et à être une girouette allant dans toutes les directions selon tous les vents »[5].

    • Dans sa forme totalitaire, il exclut parfois de manière violente toute idée de vérité. Ainsi, au plan politique, ne pas être relativiste, c’est être absolutiste – vouloir rétablir la monarchie absolue (de droit divin) ou la dictature – et, au plan religieux, c’est être prêt à partir en guerre de religion et vouloir rétablir l’inquisition.

    Lors du congrès Lausanne III, Carver Yu, professeur de théologie dogmatique à Hong Kong et membre de la commission théologique de l’Alliance évangélique mondiale, affirmait : « Avec un zèle 'évangélisateur' et une hostilité sans précédent, le relativisme fait désormais la guerre à la religion en général, et au christianisme en particulier. » Il « réduit au silence toute proclamation de vérité supérieure qui serait vraie pour l’ensemble des êtres humains et des cultures. »

    Le relativisme est une des difficultés principales de la prédication de l’Evangile dans un monde pluraliste et globalisé. De plus, si les chrétiens décidaient de relativiser la vérité ou de la diluer, l’Eglise s’affaiblirait dangereusement.

    Le défi est donc de professer la vérité de l’Evangile du Christ et de « ne pas succomber à la tentation du relativisme ou de l’interprétation subjective et sélective des Écritures. »[6]

    La vérité

    Il s’agit d’être des hommes et des femmes de convictions. Et la vérité n’est pas une question d’options personnelles !

    Quelques points concernant la vérité

    Point 1 : Soyons enracinés dans la vérité en fondant notre foi dans une relation profonde avec Jésus-Christ.

    « Qu’est ce que la vérité ? » demande Pilate[7] qui ne semble pas attendre la réponse. En réponse résonne l’évangile selon Jean où Jésus affirme : « Je suis le chemin, la vérité, et la vie. »

    La mesure de la vérité est en Jésus-Christ, le Fils de Dieu, l’homme véritable. « Une foi "adulte" ne suit pas les courants de la mode et des dernières nouveautés ; une foi adulte et mûre est une foi profondément enracinée dans l'amitié avec le Christ. C'est cette amitié […]qui nous donne le critère permettant de discerner entre le vrai et le faux, entre imposture et vérité. »[8]

    Point 2 : Honorons le Dieu de vérité en chérissant la vérité biblique…

    Car « Toute [l’] Ecriture est inspirée de Dieu et utile pour enseigner, pour convaincre, pour redresser, pour éduquer dans la justice » (2 Timothée 3 : 16) et donc pour contrer les mensonges. Les Ecritures nourrissent notre foi ; une foi qui n’est pas relative à notre moi et qui n’est pas relative à la majorité, à la mode, à l’ambiance.

    Chérir la vérité biblique, c'est entre autre refuser une certaine théologie qui accepte tous les styles de vie sous prétexte d'adaptation à notre époque.

    Point 3 : Proclamons la vérité.

    Même dans notre contexte pluraliste où de nombreuses religions se côtoient, nous ne devons pas renoncer à partager l’Evangile entier dans le monde entier.

    Mais faisons-le avec amour ; ce qui implique le respect de ceux qui croient autrement et l’humilité.

    Souvenons-nous que Jésus n'a pas imposé la vérité par la force. Il n'a pas non plus fait descendre le feu du ciel sur un village refusant de le recevoir (Luc 9 : 51-56). La vérité ne doit pas rendre fanatique.
    Quant à Paul, il a prêché la vérité de l’Evangile sans supériorité de langage, « dans un état de faiblesse, de crainte et de grand tremblement », « sans les discours persuasifs de la sagesse » (1 Corinthiens 2 : 1-4) mais dans l’attente de l’œuvre du Saint-Esprit. C’est Lui, l’Esprit de vérité (Jean 14 : 17), l’Esprit qui conduit dans toute la vérité (Jean 16 : 13), Lui qui enseigne et qui convainc (Jean 14 : 26 ; 15 : 26 ; 16 : 8).

    Dans notre proclamation de la vérité, ne tentons pas d'accomplir l'œuvre du Saint Esprit mais restons humbles ; d'autant que si la vérité est objective, notre regard sur elle est subjectif.

    1 Co. 13 : « 9 Car nous connaissons en partie...12 Aujourd'hui nous voyons au moyen d'un miroir, d'une manière obscure, mais alors [quand ce qui est parfait sera venu], nous verrons face à face; aujourd'hui je connais en partie, mais alors je connaîtrai comme j'ai été connu. »

    C'est pourquoi nous avons besoin de l'Eglise dans sa diversité pour percevoir d'autres facettes de la vérité de l'Evangile.
    Assumant pleinement notre compréhension de la vérité, nous ne « possédons » pas la vérité : c'est elle qui, en Jésus, doit nous « posséder » !

    En complément, voici un extrait d'un article de Patrice de Plunkett ayant pour titre "Non, personne ne détient la vérité " :
    « La vérité n'est pas une chose, que l'on pourrait détenir. C'est une Personne, qu'il faut suivre.
    Le Christ dit : « je suis la voie, la vérité, la vie. » On peut suivre une voie, non la détenir. A fortiori quand cette voie est une personne.[...]
    Prétendre « détenir la vérité » est la plus sûre façon de la perdre, c'est-à-dire d'en sortir [...]
    Une vérité que l'on « détient » n'est plus une vérité : c'est une opinion. C'est le soleil prisonnier d'une basse-cour. »

    Point 4 : Incarnons la vérité dans notre vie quotidienne.

    La vérité n’est pas un ensemble d’assertions théologiques mais s’est incarnée en Jésus. Incarner la vérité, c’est donc lui ressembler de plus en plus et ne pas se conformer au monde présent, ne pas s’adapter aux erreurs modernes – la dernière en date étant sans doute l’euthanasie. Ne soyons pas seulement des convertis mais aidons-nous mutuellement à mettre en pratique toute la Parole de Dieu.

    En conclusion

    Le choix entre relativisme et absolu est un faux débat. Le vrai débat est ailleurs : entre vérité et mensonge, entre ressemblance au Christ et ressemblance au monde, entre être libre et être esclave ; car vérité et liberté sont profondément liées :

    Evangile selon Jean, Chapitre 8 : « 31 Et il dit aux Juifs qui avaient cru en lui : Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ; 32 vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira. […] 34 En vérité, en vérité, je vous le dis, leur répliqua Jésus, quiconque se livre au péché est esclave du péché. »

    Il y a une « liberté de pensée » qui rend esclave quand on ignore le principe spirituel appelé « le péché ». « Péché », mot tabou entre tous ; principe qui égare dans de vains raisonnements et qui plonge l’intelligence dans les ténèbres ; principe qui nous entraîne à fuir la vérité parce qu'elle met en lumière nos œuvres mauvaises (Jn. 3 : 19).

    Pour sortir de l'aliénation du péché, une seule issue : croire en la parole et en l’œuvre de Jésus-Christ.

    Tel un étendard, la croix est plantée dans le décor de l’Histoire des hommes. Par elle, tous ceux qui croient sont justifiés devant Dieu et entrent dans le Royaume du Fils de Dieu ; Royaume de Celui qui était, qui est et qui vient, de Celui qui est l’alpha et l’oméga de l’Histoire, de Celui qui transcende le temps et l’espace, de Celui qui nous fait donc sortir de tous les relativismes et nous amène à la vraie liberté. Et cette liberté inclut une véritable liberté de pensée.

    Amis de Jésus-Christ, agissons selon la vérité et en pleine lumière, mus par l’Esprit de vérité qui demeure en nous. Oui, en toutes circonstances, tenons-nous dans la vérité.

    Comment connaîtrons que nous sommes « de la vérité » ? Si nous « n'aimons pas en paroles et avec la langue, mais en actions et avec vérité. » (1 Jean 3 : 18) car , en Dieu, « la bienveillance et la vérité se rencontrent ». (Ps. 85 : 11)

    Alain LEDAIN

    Article mis en ligne le 28/11/2010
    Retrouvez cet article sur le site de mon ami Henrik LINDELL à l'adresse :
    http://www.dieu-et-moi.com/thematiques/spiritualite/partages-bibliques/384-pourquoi-il-faut-refuser-le-relativisme-esaie-520.html 

    En complément, lisez l'article "De la tolérance" de Nicolas Mathey (paru sur le blog "Thomas More") 


    [1] Source : http://sergecar.perso.neuf.fr/cours/verite3.htm

    [2] Expression de Günter Anders

    [3] Source : http://sergecar.perso.neuf.fr/cours/verite3.htm

    [4] Selon un article de Patrice de Plunkett. http://plunkett.hautetfort.com/archive/2010/11/20/d-ou-vient-la-%C2%A0dictature-du-relativisme%C2%A0.html

    [5] Source : article « Benoit XVI parle du danger du relativisme... Qu’est-ce que c’est ? » http://v.i.v.free.fr/spip/spip.php?article2119

    [6] Benoît XVI le 26 mai 2006, lors de son passage à Varsovie.

    [7] Jean 18 : 38

    [8] Benoit XVI - http://www.vatican.va/holy_father/benedict_xvi/elezione/biografia_fr.html

    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Christ Hope
    Lundi 29 Novembre 2010 à 11:09

    Bonjour Alain, un bel article de plus à ton arc. Quand tu dis de la liberté revendiquée par les relativistes qu'elle rend esclave du péché, c'est vrai à nos yeux, pas aux leurs, puisqu'en fin de compte le Péché originel aussi bien que le péché factuel n'existent que par rapport à cette même Vérité transcendante, même si purement philosophique, comme tu le soulignes. ^^ D'où notre intérêt à les libérer effectivement autrement que par l'épée de la Révolution. « Qu’est ce que la vérité ? » demande Pilate[7]. En réponse résonne l’évangile selon Jean où Jésus affirme : « Je suis le chemin, la vérité, et la vie. » Belle épée en vérité! C'est pourquoi j'aurais plutôt écrit "raisonne", pour suivre Benoît XVI dans Caritas in Veritate et Fides et Ratio aussi, par exemple

    2
    EthiqueChrétienne Profil de EthiqueChrétienne
    Lundi 29 Novembre 2010 à 13:41

    @Christ

    La liberté revendiquée par les relativistes est une fausse liberté. Le péché, en tant que principe spirituel, corrompt l'entendement. Je ne parle pas des péchés factuels et personnels de ceux qui se réclament du relativisme mais bien du principe sous lequel vit naturellement l'humanité.

    3
    Christ Hope
    Mardi 30 Novembre 2010 à 11:18

    Hier soir, dans Compléments d'enquête, une interview de Michel Onfray, qui n'a pas dû lire ton article, ou alors il n'a toujours pas compris. Fier d'être un relativiste le bougre, et de soutenir envers et contre toute vérité ontologique que le mal dans le monde c'est l'être religieux, soumis à des puissances autoritaires, oubliant le mal communiste ou fasciste, ou plus simplement le crime sexuel ou de sang du violeur et du meurtrier "classiques". Quant à répondre à ceux qui l'accusent de faire du relativisme et de l'athéisme, la nouvelle religion, il s'est pitoyablement contenté de rire au nez de l'animateur... Il est décidément bien méprisant et supérieur à tous cet homme-là.

    4
    Samedi 11 Décembre 2010 à 23:28
    NM

    Merci de m'avoir invité à lire votre très intéressant billet. C'est très profond et le catholique que je suis si retrouve largement... La liberté des relativistes est une fausse liberté car elle est fondée sur la seule volonté de  l'individu et donc sans finalité (et sans limite), largement arbitraire. La reconnaissance d'un Dieu créateur implique que l'on retrouve la trâce du créateur dans les choses et dans sa créature. Il y a donc une vérité de l'homme liée à la vérité de Dieu ; ce qu'ignore les relativistes.

    5
    Lundi 13 Décembre 2010 à 17:04
    Joce62

    Merci pour ce texte bien étayé par les références bibliques. Un philosophe québécois, Jacques Dufresne (http://agora.qc.ca) disait récemment : Chaque jour, nous faisons des choix. Nous respectons les choix faits par chacun, car nous voulons être respectés dans nos propres choix. L’accumulation des choix individuels devient la norme. Ainsi,  nous en venons à penser que  ce que l'autre choisit « c’est correct parce que qu'il l’a choisi ».

    6
    Yogi
    Lundi 13 Décembre 2010 à 18:31

    Je ne comprends pas un traître mot de la logique que vous affichez. Il n'y a rien de plus subjectif et de plus individuel que la foi. Chaque religion apporte sa propre Vérité ; le simple fait que plusieurs religions existent pousse inexorablement vers le relativisme, et/ou à les exclure totalement du dialogue social.

    7
    Lundi 13 Décembre 2010 à 20:07

    @Réponse à Yogi

    OUI ! La démarche de foi est individuelle. Ceci étant, elle implique de s’intégrer dans la communautédes hommes et des femmes qui partagent la même foi.

    Je ne crois pas que l’existence de plusieurs religions pousse au relativisme. Par contre elle peut inciter au dialogue et à la possibilité de dire : « Je crois que tu as tort mais je te respecte. »

    Si, ne pas penser comme tout le monde, défendre l’idée de vérité à celle du relativisme, c’est s’exclure du dialogue social, alors vous avez raison. Mais est-ce vraiment ce que vous pensez ? N’est ce pas précisément cela «la dictature du relativisme » ?

    Pourquoi faudrait-il donc que nous pensions tous de la même manière pour être intégré dans le dialogue social ?

    8
    Yogi
    Lundi 13 Décembre 2010 à 21:41

    @ ALEDAIN : Il me semble que vous n'avez le choix qu'entre relativisme et orgueil démesuré. En vertu de quoi pouvez-vous penser que votre Vérité est une vérité absolue, plus valide que celle des Shintoïstes ou des Mayas ? Seriez-vous né à une autre époque et à un autre endroit que vous défendriez avec la même énergie une Vérité résolument contraire à celle que vous professez aujourd'hui.

     L'absolue impossibilité de trancher entre plusieurs religions conduit nécessairement au relativisme religieux. Et elle conduit à leur exclusion du dialogue social car chacune entend avoir le monopole exclusif de l'accès à la Vérité au détriment des autres : une vie en commun ne peut donc s'organiser que hors d'elles, c'est bien la voie de la laïcité.

    Pour moi, des principes véritablement "universels" et ayant une chance de s'imposer à tous ne peuvent se fonder qu'en dehors des religions.

    9
    Mardi 14 Décembre 2010 à 07:56

    @Yogi

    Je ne peux pas être d’accord avec vous. Être un homme ou une femme de conviction (religieuse, politique ou autre) n’est pas être orgueilleux. Avoir des convictions, ça n’est pas non plus croire posséder le monopole de la vérité. D’ailleurs, vous-même, vous affichez votre conviction par rapport au relativisme religieux et vous pensez avoir raison. Est-ce que je dois déduire que vous êtes prétentieux ?

    En quoi, avoir une foi religieuse est-elle exclusive de la laïcité ? Je ne la remets pas en cause dans sa forme positive.

    Il vous faut quand même admettre que nos sociétés vont fort mal : elles sont désorientées et manquent de repères. Les principes véritablement universels seraient-ils donc des principes absolus (une vérité laïque) ? J’ai de sérieux doute que vous arriviez à les imposer dans un monde où ce qui est jute aujourd’hui ne le sera plus demain.

    10
    Yogi
    Mardi 14 Décembre 2010 à 09:50

    @ ALEDAIN : Avoir des convictions en effet ça n’est pas croire posséder le monopole de la vérité, mais avoir des croyances, oui. Ou alors me semble-t-il c'est que vous n'y croyez "pas vraiment", que vous vous dites "finalement pourquoi ma foi serait-elle plus juste que celle des hindous" et vous tombez dans le relativisme que vous décriez.

    Pour ma part, j'essaie de "dépersonnaliser" ces questions et d'évacuer mon propre biais en ne tenant pour vrai que ce qui vaut en tout temps, en tous lieux et pour tout observateur : la réalité observable et la démarche "scientifique".

    A cela il faut bien sûr ajouter un ou deux principes fondateurs et "arbitraires" pour pouvoir traiter des affaires humaines ; ainsi le principe de l'égalité de droit entre tous me semble devoir être posé comme un postulat, qu'il faudra en effet "imposer". Mais je ne vois pas que l'on puisse en choisir un autre sur des bases universellement justifiables. Et en tous cas certainement pas en le fondant sur l'une quelconque de ces croyances toutes plus contradictoires et "improuvables" les unes que les autres.

    11
    Mardi 14 Décembre 2010 à 16:39

     

    @Yogi

    Comme en certaines disciplines scientifiques, vous êtes obligés de poser des postulats qu’il faudra «imposer ». Le principe de l’égalité est un excellent principe ; mais d’où vient-il ? Pourquoi ne pas, comme c’était le cas dans certaines civilisations antiques, mépriser les faibles, les exploiter et trouver ça très bien ? Pourquoi ne pas sombrer dans le totalitarisme pour le bien du plus grand nombre ? Au nom de quel référentiel ?

    Que vous le vouliez ou pas, vous avez foi (et là il s’agit de croyance) en notre possibilité de définir ce qui est bien. Le XXème siècle, avec ses goulags et ses camps de concentration, a pourtant amené bien des désillusions sur ce point.

    Comme moi, vous aurez remarqué que le nazisme ne se voulait pas étranger à la démarche scientifique et que le marxisme se voulait matérialiste, ennemi de toute foi.

     

    12
    Yogi
    Mardi 14 Décembre 2010 à 20:56

    @ ALEDAIN

    Outre l'opinion que je peux en avoir, le principe d'égalité est celui qui maximise les chances de paix entre les hommes et celui qui rend la "justice" lisible à tous. De plus un principe d'inégalité devrait être fondé sur certaines valeurs, et je n'en vois pas qui puissent être proclamées universelles et irréfragables.

    Le référentiel est aisé à trouver, même s'il peut être difficile à appliquer : s'appuyant sur le principe d'égalité, le "Bien" est ce qui maximise le bien-être des êtres humains. Vous noterez d'ailleurs que le "bien-être" est quelque chose qui peut être objectivé. Comme tout principe visant à régir la destinée des hommes et à faire face à la complexité du monde, son application peut être confrontée à des cas cornéliens. Mais au moins me semble-t-il de nature à pouvoir nous guider, sans faire appel à une quelconque "révélation" préemptée par une caste de prêcheurs auto-désignée.

    13
    Mercredi 15 Décembre 2010 à 14:56

    @Yogi

    Le principe de maximisation s’appelle encore l’utilitarisme. Il a ses limites. En effet, il amène doucement mais sûrement l’élimination des plus faibles – des handicapés par exemple – sous prétexte qu’ils coûtent trop chers au plus grand nombre. Un des cas cornéliens sans doute !

    Une autre pensée : la vie est-elle dans l’être ou dans le bien-être ?

    Enfin, je ne me sens pas une quelconque ressemblance avec les prêcheurs auto-désignés. Je suis un homme engagé au plan de l’éthique sociale avec, comme référentiel, ma foi chrétienne et ma relation personnelle avec Jésus-Christ. Je conçois que cela puisse ne pas plaire. Et alors ? Je suis pleinement intégré socialement – avec un réseau amical très large –, exerçant mon travail d’enseignant en toute neutralité religieuse et politique. Je ne suis pas sûr que ce soit le cas de tous ceux qui se sentent engagés, au plan politique ou idéologique notamment.

    Et que dire de ceux qui vivent sans autre engagement qu’eux-mêmes et le cercle restreint de leurs amis : ils ne prennent guère de risques. Sont-ils pour autant socialement intégrés ?

    14
    Yogi
    Mercredi 15 Décembre 2010 à 21:41

    @ ALEDAIN

    Je crois que vous ne m'avez pas lu. J'ai dit "égalité de droit entre tous", je n'ai pas exclu les handicapés. J'ai dit "un principe d'inégalité devrait être fondé sur certaines valeurs, et je n'en vois pas", je n'ai justement pas dit que le coût serait une valeur suprême. Vous collez une étiquette d'utilitarisme alors qu'il n'en est nullement question. Il semble que vous cherchiez à tout prix à diaboliser une philosophie qui ne s'appuie pas sur une référence divine, attention à ne pas perdre votre discernement en chemin.

    "La vie est-elle dans l’être ou dans le bien-être ?" : la formule est jolie mais me paraît bien creuse ; en tous cas je ne vois pas en quoi elle aide à traiter le problème du "référentiel du vivre ensemble" qui nous occupe ici.

    Enfin je vous félicite pour votre intégration sociale, et je ne vous nie certainement pas le droit de promouvoir votre éthique. Mais que celle-ci soit acceptée par la société ou non, qu'elle soit "bonne" ou non, je dis simplement que les motifs qui la fondent à vos yeux sont irrecevables pour un groupe humain puisqu'ils sont strictement personnels, privés, et impartageables.

    Alors qu'il me semble que de telles fondations doivent être aussi universelles que possible pour être solides.

    15
    Jeudi 16 Décembre 2010 à 07:17

    "Le "Bien" est ce qui maximise le bien-être des êtres humains" avez-vous écrit. Au nom de cette maximisation du bien du plus grand nombre, on en arrivera au pire vis à vis de ceux qui l'empêcheront. Je suis pessimiste sur ce point.

    Notez bien que je ne vous soupçonne pas de quelque mal que ce soit. Simplement, j'observe que nous vivons dans une société matérialiste où l'économie envahit tout. J'imagine que, comme moi, vous regrettez que la puissance de l'argent passe avant toute éthique (que ce soit la votre ou la mienne d'ailleurs !).

    16
    Christ Hope
    Mercredi 29 Décembre 2010 à 11:27

    A Yogi: je suis très surpris de votre distinction entre conviction et croyance. Si une croyance n'est pas une conviction, ni une conviction une croyance, alors j'en perds mon latin. ^^ Si le christianisme est un humanisme, il n'est pas l'Humanisme, qui, quoique volontiers athée plutôt que "croyant", n'est ni plus ni moins qu'une foi de l'homme en tant qu'individu placé comme nombril du monde, avec tous les risques qui vont avec, au même titre que ce que vous dénoncez chez les "croyants" au sens religieux strict, et qu'on placera sous le vocable d'"orgueil". C'est là tout l'intérêt du lien entre Foi et Raison évoqué par Benoît XVI, rapidement squizzé par de maladroits journalistes et quelques intellectuels qui réfléchissent avant même d'avoir lu. Aussi entre Humanisme et religion (tous les hommes de bonne volonté chers à Jean XXIII), il n'y a pas plus de raisons de se rejeter du dialogue social qu'il n'y en a d'accepter le relativisme, la Vérité consistant en premier lieu à reconnaître que vivre en société c'est établir des règles permettant de vivre en commun dans le respect mutuel. Qu'il y ait ensuite des divergences fondamentales de vues sur la religion ou l'athéisme, c'est affaire encore une fois de vérité malgré tout, puisqu'il n'y a pas à la fois blanc ou noir pour une même chose (sauf peut-être le zèbre) et que c'est avant tout une question de témoignage de vie pour emporter la conviction libre. Là encore, on peut toujours dire que la laïcité n'empêche pas la foi et la vie de foi, sauf à sombrer soi-même dans le reproche qu'on adresse à la religion, à savoir "persécuter", car c'est bien là l'opinion humaniste éclairée qu'hors d'elle point de Salut non plus. ^^

    17
    benoitM
    Lundi 10 Janvier 2011 à 10:46
    Bonjour Alain, ton texte me rapelle une citation d'un poête, militant, diplomate et abolitioniste James Russell Lowell (1819- 1891): " La vérité constamment sur l'échaffaud, l'erreur toujour sur le trône. Mais cet échaffaud gouverne l'avenir et derrière l'obscurité de l'inconnu dans l'ombre, veillant sur ce qui est sien, se tient Dieu."

    Je t'encourage car nombreux sont les hommes de toutes conditions et de toutes races à chercher la vérité, ou peut-être plus simplement à nourir et trouver du réconfort (des instants de paix) pour leur âme qui souffre.
    De nombreuses voix s'élèvent mais malheureusement peu d'actions, et notamment en faveur de ceux qui ont le plus besoin. Alors qu'il n'y a pas de plus grande joie que de mettre sa foi en pratique, cela rehausse et réchauffe le coeur, et le notre aussi, de ceux qui sont au bénéfice.
    Pour terminer, encore une citation elle est de Martin Luther : "Un petit nombre de parole et beaucoup d'intention est chrétien, un grand nombre de paroles et peu d'intention est païen..."
    Avec amitié.
    18
    Lundi 18 Février 2013 à 18:40

    je vous renvoie à mes articles sur le site (relativisme; vérité; etc.)

    http://www.unige.ch/theologie/faculte/collaborateurs/ethique/muller.html

    Suivre le flux RSS des commentaires de cet article


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :