• Le travail dans une perspective chrétienne

    Ce travail de compilation a été réalisé par Alain LEDAIN. Consultez les ressources utilisées.

    Nous abordons ce thème parce que le travail tient une place importante dans notre vie… même au pays des 35 heures ! Ceux qui sont privés de travail vivent durement son manque, et non seulement au plan financier, mais aussi au plan social.

    Pourtant, il n’y a plus unanimité autour de la valeur travail. Il faut travailler pour gagner sa vie mais c’est là une regrettable nécessité. La vraie vie est dans les loisirs, le week-end et les vacances. D’ailleurs, on travaille pour pouvoir se les payer. Plus ! Nous vivons dans une société dépressive allant jusqu'à l’éloge de la paresse ! Pour preuve, ces titres de livres :
    « Le droit à la paresse » de Paul Lafargue
    « Pour en finir avec le travail – Une éloge de la paresse» de Ingrid Naour
    « Bonjour paresse : De l'art et la nécessité d'en faire le moins possible en entreprise » de Corinne Maier

    Les motivations qui poussent les hommes à travailler (peur du chômage, consumérisme…) sont discutables.

    Quelle vision du travail adopter ?... La notre est sans doute influencée par notre contexte.

    Historiquement, il y a eu des approches fort différentes. Dans le monde antique, ceux qui vendaient leur peine et leur industrie pour de l’argent étaient méprisés . Par contre, au « Siècle des Lumières », la foi dans les progrès, les sciences et les techniques pour assurer un avenir meilleur amena à donner une valeur morale au travail : pas de progrès sans travail acharné ! Avec la révolution industrielle du XIX° siècle, le monde capitaliste verra le travail comme la première des vertus et l’oisiveté comme la mère de tous les vices. Le monde marxiste, quant à lui, désignera comme « travailleur » l’homme digne de ce nom. Le russe Alexeï Stakhanov qui aurait accompli quatorze fois la norme dans l’extraction du charbon le 31 août 1935, soit 102 tonnes en 6 heures de travail, sera honoré comme un héros et la propagande soviétique le présentera comme un modèle pour stimuler les autres mineurs à augmenter spontanément leur cadence.

    Plus récemment (2007), après quelques années d’emphase sur le temps libre, des préoccupations d’ordre économique ont poussé Nicolas Sarkozy, lors de sa campagne électorale, à mettre l’accent sur la valeur travail. Hors de toute polémique politique, pouvons-nous partager ses motivations ? « Travailler plus pour gagner plus » ? Mais gagner plus pourquoi et pour quoi faire ?

    Pour développer une éthique du travail, il faut donc revenir à la source de nos valeurs et de nos engagements : la Bible.

     Le travail et la Bible - Le travail, un mandat de Dieu pour l'homme

    Le travail : une source de souffrance

     Complément : Travailler le dimanche

    Ressources utilisées

     L'Ethique du Travail - Robert Somerville

    Quatrième de couverture

    Dans la civilisation des loisirs qu’est la nôtre, le travail reste la plus quotidienne des occupations - et des préoccupations - humaines. Mais quelles diversité sous cette uniformité d'apparence ! Raison de vivre et moyen d’épanouissement pour les uns, le travail est au mieux, pour beaucoup d'autres, le gagne-pain qui permettra de "tenir" jusqu'à la retraite. Comment situer le travail dans une perspective biblique ? Comment vivre, en tant que chrétiens, dans le monde du travail, en évitant les écueils extrêmes de l'engagement aveugle ou du repli sur soi ? Il faut pour répondre à ces questions poser les fondements d'une éthique chrétiennes du travail. Tel est le but de cet ouvrage, qui loin de théoriser sur le travail, nous propose une réflexion pratique et pastorale sur le labeur des hommes.
    ...

     

     Vers la justice de l'Evangile - Introduction à la pensée sociale de l'Eglise - Pierre De Charentenay - Desclée De Brouwer , Paris Parution :  avril 2008

    Quatrième de couverture

    Depuis le pape Léon XIII et la grande encyclique Rerum novarum qui dénonçait les dérives du capitalisme, l'Église s'intéresse à la question sociale. En témoignent de nombreux textes des papes ainsi que les prises de position des évêques ou des laïcs engagés. Mais comment expliquer cet intérêt de l'Église pour ce qui relève du politique ou de la société ? Est-ce une volonté de se mêler de ce qui ne la regarde pas, voire de peser sur la sphère temporelle ?

    Présentée ici par Pierre de Charentenay, cette pensée sociale vise davantage à promouvoir la dignité de l'homme, le sens du bien commun, de la liberté et de l'épanouissement de la personne. Et s'ouvre aussi à des problématiques nouvelles comme la mondialisation ou l'écologie.

     

     Fenêtre sans rideau sur le travail - Domingos Vieira, Ed. Mare et Martin , Paris - collection Carrefour social - Parution :  novembre 2007 

    Quatrième de couverture

    Au sens général du terme, le travail désigne toute activité intellectuelle ou physique commandée par l'accomplissement d'une tâche. IL rend à l'homme sa dignité. Par notre travail nous grandissons et devenons hommes ; nous développons le monde matériel et nous nous développons. Ainsi, le travail est un droit fondamental, un droit qui protège la liberté de tous de participer à la vie économique de la société. L'importance de ce droit ressort clairement du fait que le travail est crucial pour l'épanouissement personnel et la vie sociétale. Dans cet essai, Domingos Vieira examine d'une manière pertinente la question du travail dans la Bible, dans la pensée sociale chrétienne et dans la philosophie morale.

     La doctrine sociale de l’Eglise (catholique). Entre autre : Jean Paul II, Lettre encyclique « Laborem Exercens »

     Entretiens de Valpré 2009 - Tout travail mérite salaire. Mais lequel ?

    Partager via Gmail

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires de cet article


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :