• Article initialement publié sur le site  « Les éveilleurs » dans Anthropologie le 

    Dans le tome I des Origines du totalitarisme (« sur l'antisémitisme », chapitre 3, 2°§)  Hannah Arendt remarquait que "L'égalité des conditions est à coup sûr un impératif fondamental de justice" ; mais elle faisait voir aussi que  c’est "l'une des plus grandes et des plus hasardeuses entreprises de l'humanité moderne". Curieux constat que d'affirmer qu'un tel héritage - l’égalité, ce socle de la modernité - puisse être taxé d’entreprise "hasardeuse". Arendt explique pourtant un peu plus loin que "c'est parce que l'égalité exige que je reconnaisse tout individu, quel qu'il soit, comme mon égal que les conflits entre des groupes différents qui, pour des motifs qui leurs sont propres, refusent de se reconnaître réciproquement cette égalité, revêtent des formes si effroyables." (Ibid. §4)

    La réflexion que mène Charles-Eric de saint Germain sur l'égalitarisme dans l'article "Tous égaux?" nous donne des éléments d'explication à propos de ce que Arendt constate et qui pourrait bien avoir valeur de prédiction. C'est sur les lectures de Tocqueville et de Nietzsche que s'appuie C.E. de saint Germain,  en passant par une approche originale de la posture de Calliclès dans le Gorgias de Platon ainsi que par un questionnement du sens profond de la conception paulinienne (et chrétienne) de l'égalité, pour comprendre les dérives égalitaires. L'uniformisation par identification est à dissocier d'une saine compréhension de l'égalité comprise comme équité.

    Sur la base d’une telle distinction, il nous sera alors davantage possible de comprendre en quel sens il est nécessaire de se battre pour l'égalité sans pour autant exiger que celle-ci dût impliquer un nivellement des conditions des citoyens que nous sommes. L’égalité, sans discernement, concrétisée par les lois récentes, est alors fustigée ; non pas par intolérance, mais au nom de l’intelligence qui nous permettra d’éviter la barbarie subséquente à une compréhension superficielle de l'idée d'égalité qui pourrait avoir des conséquences fâcheuses et générer des violences aussi prévisibles qu'inouïes…"

    Nicodème

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Un article d'Agabus

    Nous vivons une époque où l’affect est exacerbé et la pensée molle.

    Une amie m’intimait : « Ne clame pas tout haut ce que tu penses, d’autres ont le droit de penser différemment ! » Ces autres pouvaient s’exprimer puisqu’ils reflétaient la majorité. Mais oser se démarquer !...

    Aujourd’hui, on ne pense plus : on exprime l’opinion générale. Éventuellement, on invective, on lance des anathèmes, on tourne en dérision, on accuse d’enfreindre les saintes « valeurs républicaines »… et surtout, on se montre blessé(e) ; on se revêt des habits de la victime.
    Dans cette situation, on ne réfléchit pas, on n'expose aucune pensée critique au risque d'être immédiatement enfermés dans la « cage aux phobes ».

    Sous de fallacieux prétextes, le débat d’idées est devenu périlleux. On confond l’expression d’une pensée forte et l’atteinte aux personnes, à leur affect. Remettre en question une idée, c’est stigmatiser des personnes, c’est stigmatiser des communautés. Curieusement, on ne parle plus alors de communautarisme…

    Pour terminer cette courte réflexion, une remarque : Charlie Hebdo est très politiquement correct puisqu’il tourne en dérision sans argumenter. D’autres, que l’on qualifie de « pseudo-intellectuels », sont violemment accusés car ils osent un raisonnement construit.

    Bienvenue dans l’ère de la pensée molle et de la haine farouche !

    Mais attention (en particulier dans les commentaires que vous pourriez rédiger suite à cet article) : n’entrons pas dans ce jeu « truqué » : N’opposons pas la haine à la haine, la malveillance à la malveillance… Tout au contraire, résistons en cultivant pertinence des idées et bienveillance envers les personnes, en étant mesurés, équilibrés et désireux de vérité.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • In memoriam Éric LEMAÎTRE

    Les mots nous manquent pour décrire l’immense tristesse suite au décès de notre ami Éric Lemaitre.

    Le texte qui suit est une symphonie des multiples commentaires de ses amis suite à son départ inattendu.

    Éric était un homme chaleureux, d’une bienveillance absolue et amoureux du Christ. Un homme de Dieu qui répandait un parfum d'amour fraternel. Chaque partage, chaque rencontre avec Éric étaient comme un moment de grâce.

    Il était un homme d’unité, sachant réunir des hommes et femmes de tout horizon. Intellectuellement brillant, c'était surtout la beauté de son cœur, son amour, son amitié, sa profondeur spirituelle et l’authenticité de sa foi qui nous ont marqués.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Comment devenir plus catholiques... en s'inspirant des évangéliques

    Par Alain LEDAIN

    Comme vous le savez, je suis un chrétien évangélique de sensibilité charismatique. Je viens de terminer avidement la lecture du livre coécrit par Henrik Lindell et Pierre Jova « Comment devenir plus catholiques...en s'inspirant des évangéliques ».

    Je ne peux que le recommander à tous mes amis, quelle que soit la dénomination à laquelle ils appartiennent. Henrik est un ami. C’est quelqu’un que je connais et pour lequel j’ai beaucoup d’estime. Le livre qu’il a écrit avec Pierre Jova est très encourageant : très encourageant pour nous évangéliques car il met en avant nos points forts (restons humbles malgré tout !) et très encourageant pour les chrétiens catholiques, car ce livre cherche à faire grandir en eux une foi vivante et dynamique.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Transhumanisme : la conscience mécaniséeEn 2018, les deux premiers bébés génétiquement modifiés sont nés en Chine. Un premier pas vers le transhumanisme, qui a bouleversé le monde scientifique. Dans cet ouvrage, Éric Lemaître démontre que ce phénomène est le résultat d’un long processus de réification au sein même de l’espèce humaine, entre mythes du surhomme et l’idéal d’un homme cyborg immortel. Cette volonté de dépasser l’Homo sapiens se traduit désormais à travers une confiance aveugle dans les savoirs techniques, devenus omniprésents dans nos sociétés.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  • La déconstruction de l'homme

    Le livre « La déconstruction de l’homme » est un livre collectif écrit sous la direction d’Éric Lemaître qui en est l’instigateur et le principal auteur. Il a été commencé en 2016 et achevé en 2017, bien avant l’accès à la présidence d’Emmanuel Macron. Le projet transhumaniste poursuivi par le Président de la République qui souhaite développer la recherche française sur l’intelligence artificielle et positionner la France sur cette thématique en tant que référence mondiale confirme, à bien des égards, les profondes intuitions d’Eric Lemaître. Ce livre permettra donc à ceux qui sont désorientés par le technicisme moderne sans âme de discerner les motivations philosophiques et quasi religieuses qui inspirent cette marche fulgurante vers un nouveau monde et une nouvelle humanité, et d’en répérer les enjeux graves et funestes. Il se veut comme un cri d’alarme lancé à tous les hommes et femmes de bonne volonté pour lequel l’homme, fait à l’image de Dieu, ne peut pas et ne doit pas être déconstruit au gré de la folie d’apprentis sorciers scientistes et de l’ingénierie sociale.

    L’ouvrage vient de paraître (12 octobre 2018) aux Editions La Lumière.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  • Un article de Nathanaël Bechdolff

     Ce texte est le contenu de la conférence qu’il a donné en juillet 2016 dans le Gard à l’Espérou, à Osny (Val d’Oise), à Fives-Lille.

    Il a en partagé un résumé avec les Veilleurs de Reims. A la fin de ces conférences, le projet de jardin botanique des plantes de la Bible a été présenté avec une vidéo, et par un temps d’échange avec l’auditoire.

    ***

    Une de mes plus belles expériences professionnelles, est celle d’avoir reçu dans mon entreprise de paysage un mal entendant en contrat de professionnalisation pendant une année. Un sens est manquant ou déficient, mais il est remplacé par un autre, en l’occurrence une acuité visuelle plus importante. Avec Philippe, je pouvais être sûr que le chantier fini était nickel. Ce vécu a été très enrichissant. Après cette année passée ensemble, il a pu créer sa propre entreprise. Son handicap, cet obstacle, n’était plus un frein à son avenir professionnel. Dans nos échanges, j’ai appris le langage des signes… Et nous allons faire un petit exercice : dire bravo dans ce langage. Vous  connaissez ?

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Un article de Nathanaël Bechdolff

    Nathanaël a partagé ce sujet dans l'atelier sur l'écologie à la convention nationale des églises baptistes 2016

     

    Ce que je vais partager aujourd’hui est inspiré d’un épisode bien connu de l’histoire biblique, la Tour de Babel, de Nimrod qui veut étendre son pouvoir hégémonique en se faisant dieu à la place de Dieu : un pouvoir qui se veut être concentré et uniforme. Or Dieu a créé une Terre où la biodiversité règne. Celle-ci est mise en péril par l’uniformisation, celle vécu à Babel, celle vécue aujourd’hui à travers ce qu’on appelle la mondialisation ou la « globalisation ». Quelle est alors notre responsabilité aujourd’hui et quels peuvent être nos engagements pour que cette biodiversité voulue par Dieu puisse être respectée ?

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • QUAND : 4 mars 2016 @ 20 h 00 min – 21 h 30 min

    : Salle Marie-Antoinette - Château des Rohan -Place du Général de Gaulle, 67700 Saverne

    COÛT : Gratuit

    CONTACT : Pasteur Marc SCHNEIDER Courriel

    Conférence avec Daniel BROBEK
    « les addictions, un défi pour notre société »

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Le site Ethique Chrétienne est heureux de vous présenter un ouvrage co-écrit par un de ses contributeurs : Jérôme Sainton.

    Présentation

    Pour la gloire de ce monde : recouvrements et consolations en Terre du Milieu est un ouvrage critique qui s’adresse à un lectorat averti, bien familier de l’œuvre de J.R.R. Tolkien. La sortie de ce recueil est néanmoins l’occasion de présenter (à nouveau) l’œuvre tolkienienne à son public francophone, et à son public chrétien en particulier.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires